Nom image
 
 Novembre 2018 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

 

Janvier | Février | Mars | Avril | Mai | Juin | Juillet | Août | Septembre | Octobre | Novembre | Décembre

Voir la programmation sur toute l'année

 

 

 
 

Mercredi 14 Novembre 2018 - 15h
AprèMinuscules

Autour d’une intervention musicale, goûter et rencontre enfants et parents, en lien avec le nouvel atelier Minuscules pour les enfants ayant des troubles de la relation.

Entrée libre

 
 

Mercredi 14 Novembre 2018 - 20h00
La 9ème heure du 9ème art
présenté par Yann Madé

BD sur l’Afghanistan
Une rencontre ouverte à tous qui prépare le cycle « Routes et déroutes : résistances afghanes ».

Entrée libre

 
 

Samedi 17 Novembre 2018 au 30 novembre 2018
« Routes et déroutes : résistances afghanes »

« Jetés loin de la terre natale, venus chercher refuge ici, chez des gens ignorant tout du Monstre, vous avez hélas la responsabilité de leur montrer la trace vive de l’imparable douleur, ce que les insouciants supportent toujours mal. »        

                                      Sayd Bahodine Majrouh, Chants de l’errance

 

 

Nombre d’Afghan.e.s figurent parmi les candidat.e.s à l’exil et certain.e.s sont installé.e.s temporairement ou de façon permanente sur les communes de Martigues et Port-de-Bouc. Cette saison, nous faisons écho aux voix de ces hommes, femmes et enfants et ils/elles ont des choses à nous raconter sur le « pays des cavaliers ». S’il ne fallait retenir aujourd’hui qu’une chose de cette nation à l’histoire tumultueuse et à l’image écornée, ce serait la détermination à résister de son peuple.

« Routes et déroutes » par nécessité d’accueillir. De recueillir le désarroi qu’engendre l’exil forcé. De cueillir ces « elles » et ces « ils » sur les chemins d’une histoire confisquée.



Les partenaires :
La cinémathèque Gnidzaz, les médiathèques Louis Aragon et Boris Vian de Martigues et Port-de-Bouc, les cinémas Jean Renoir et Le Méliès de Martigues et Port-de-Bouc, les associations Solidarité Provence Afghanistan et Afrane, Afghanistan Libre, Latitudes Contemporaines, la Fondation de France, les librairies l’Argonaute et L’alinéa, l’Accueil Temporaire Service de l’Asile de Martigues et Port-de-Bouc, Amnesty International, SOS Méditerranée, le Réseau Education Sans frontières Ouest-étang de Berre, la Ligue des Droits de l’Homme, l’Association de solidarité avec tous les immigrés (ASTI), Forum Réfugiés.

Pour avoir toutes les informations (Dossier de presse) (site internet)

 
 

Samedi 17 Novembre 2018 - 10h
Une journée afghane

10h00 – 13h00
Stage de cuisine Afghane avec l’association Solidarité Provence Afghanistan à la MJC. Pour 6 à 8 personnes.

11h00
Les cerfs-volants de Martigues

Démonstration de cerfs-volants afghans par les réfugiés sur la plage de Ferrières.

15h30
L’Afghanistan, quelle Histoire !  (Interprété en LSF)

Eclairages historiques et géopolitiques sur l’Afghanistan par Karim Pazad, Institut de Relations Internationales et Stratégiques

17h30
Défilé de tenues traditionnelles (Interprété en LSF)

Découverte du « pays des cavaliers » et de ses régions à travers un défilé de tenues traditionnelles

19h00
Echos d’un autre Afghanistan
vernissage de l’exposition de photographies par Asghar Normohamadi, Najiba Noori et Barialai Khoshal (Interprété en LSF)

Voyage à travers les quotidiens d’un Afghanistan peu connu, proche de ses habitants.
Suivi d’un repas Afghan (contribution de 4 euros)

20h30
Musikstan soirée musicale

Restitution de l’atelier d’écriture de chansons mené avec les réfugiés.
Concert de musique pop folklorique Afghane par le groupe Maowj

Entrée libre - Repas avec participation

 
 

Samedi 17 Novembre 2018 au 30 novembre 2018
Echos d'un autre Afghanistan

Asghar Noor Mohammadi, Najiba Noori et Barialai Khoshal

Exposition de photographies d’Asghar Noor Mohammadi, Najiba Noori et Barialai Khoshal
Vernissage le 17 novembre à 19h00

« En proposant cette exposition, je souhaite donner à voir, à travers la lentille de trois photographes différents, un regard sur trois régions d’Afghanistan : le nord, l’ouest et le centre. Je crois que les trois séries se répondent bien, elles permettent d’illustrer l’activité quotidienne des populations, tout en mettant en lumière leurs cultures. »
Asghar Noor Mohammadi

 Toutes les informations sur les artistes 

Entrée libre

 
 

Samedi 17 Novembre 2018 au 30 novembre 2018 horaires : www.cinemartigues.com
Projections à la cinémathèque Prosper Gnidzaz

Afghanistan, un Etat impossible
documentaire d’Atiq Rahimi (52min, 2002)
Sur de belles images du pays, sur une documentation solide et souvent inédite - archives Pathé, Reuters et Al Jazira -, sur des interviews d’ex-dirigeants et d’actuels chefs religieux, Atiq Rahimi propose un décryptage afin de mieux comprendre les bonheurs et les convulsions du "fghanistan", littéralement "la terre de plâtre et de cris".

La nuit remue
de Bijan Anquetil (45min, 2012)
Partis d’Afghanistan, Sobhan et Hamid sont parvenus en France au terme d’un périple de plusieurs années où ils ont maintes fois frôlé la mort. La nuit, devant un feu de bois, ils évoquent en montrant les films enregistrés dans leur téléphone portable, les épreuves terribles d’un voyage qui ne leur a apporté que cette amitié qui les unit.
 
Nothingwood
Documentaire de Sonia Kronlund (85min, 2017)
Projection-débat en présence du comédien Qubran Ali Afzali
Mardi 27 novembre, 18h30 à la cinémathèque Prosper Gnidzaz
 
À une centaine de kilomètres de Kaboul, Salim Shaheen, l'acteur-réalisateur-producteur le plus populaire et prolifique d’Afghanistan, est venu projeter quelques-uns de ses 110 films et tourner le 111ème au passage. 

Entrée libre

 

 
 
 

Mardi 20 Novembre 2018 au 30 novembre 2018 à la Médiathéque Boris Vian (Port-de-Bouc)
Simplement Afghanes

La guerre en Afghanistan semble aujourd’hui interminable et a des résonances mondiales. Les femmes afghanes en sont massivement les victimes, mais au-delà d’elles, les femmes en général.

Le constat décrit par la population afghane et la communauté humanitaire est sans appel : la condition de la femme afghane est l’une des plus difficiles au monde.

Mais qui sont ces femmes afghanes ? Que désirent-elles ? Quelle est leur vision du monde ?

Ce sont des questions auxquelles elles n’ont que trop peu l’occasion de répondre et dans bien peu d’espaces. Le projet photographique lancé par Afghanistan Libre cherche à replacer la femme afghane au coeur de cette interrogation, à lui donner un moyen d’expression, à lui donner un accès vers l’extérieur et à la rendre « objectivement existante». Ainsi, Afghanistan Libre désire transcrire la réalité des femmes afghanes, offrant un nouveau regard sur celles-ci et leur quotidien, par une exposition photographique novatrice, sensibilisatrice et participative. Les femmes sont à la fois actrices et objets d’un discours photographié, permis par le biais visuel, seul moyen d’expression pour nombre d’entre elles. Nous leur avons fourni des appareils photos et les avons laissées libres du choix de leur sujet. La question à laquelle elles ont répondu est la suivante : Comment décririez-vous votre vie ? Toutes les photographies ont été commentées par leurs auteures apportant des témoignages uniques et nécessaires sur leurs émotions et sentiments, leurs défis et leurs espoirs.

Ces femmes, issues du milieu rural, sont les intervenantes et les bénéficiaires de programmes mis en place par Afghanistan Libre : bénéficiaires de nos centres d’éducation à la santé, mamans d’élèves, enseignantes. Leurs regards croisés sont l’opportunité de la création d’un nouveau discours, transmis sans intermédiaires. 

 

 
 
 

Jeudi 22 Novembre 2018 - 18h30
Welcome to exilstan

Les uns sont des « migrants », les autres sont des « expats ». Une soirée en deux temps qui se répondent avec au cœur la thématique de l’exil, la façon de le vivre, de le percevoir, de le raconter. L’exil injuste, cruel et nécessaire. L’exil choisi, intéressé et triomphant.

Une soirée en deux temps qui se font écho pour questionner cette différence de traitement.

 

18h30
Kaboul dessinée
Rencontre BD animée par Yann Madé à l’occasion de la sortie du trioisième tome de la saga de Nicolas Wild - En présence de l’auteur – Avec la librairie l’Argonaute

En 2005, Nicolas Wild, dessinateur de bande dessinée sans domicile fixe, trouve à la fois un plan squat et un boulot. Seulement c’est un peu loin : à Kaboul, dans un Afghanistan encore instable après la guerre.

Collation

20h30
Welcome to Paristan
Film documentaire de Mohamad Reza Sahibdad (75min, 2017)

Projection en présence du réalisateur
Welcome to Paristan" dresse le portrait d'Afghans, femmes, hommes, adolescents, vivant à Paris, et de la communauté qu'ils y forment.

Entrée libre - Repas avec participation

 
 

Lundi 26 Novembre 2018

Cinéma Jean Renoir (informations : www.cinemartigues.com )


Sonita

La projection sera suivie d’un entretien filmé avec la réalisatrice, Rokhsareh Ghaem Maghami.

« Ne t’inquiète pas/mon avenir est brillant. » La belle adolescente qui scande cette promesse devant une petite volée d’écolières ravies a tout de la rappeuse heureuse. À première vue. Lorsque la vision se prolonge, elle dévoile Sonita, chiffon en main, son visage se reflétant en gros plan derrière la vitre savonneuse. Changement d’air, on découvre, sur fond de musique traditionnelle, que la jeune fille, d’origine afghane, est réfugiée en Iran. Elle vit là auprès de sa sœur aînée et de la fillette de cette dernière, Fadia. Sonita est prise en charge au centre de protection des enfants de la rue à Téhéran. L’institution assure la scolarisation, une part fluctuante d’aide matérielle, un abri aux limites de la précarité à ceux auxquels elle vient en aide. Pareille à d’autres réfugiés, Sonita ne possède aucun papier, ne figure même pas sur ceux de ses parents. Son père est mort. Elle n’a pas vu depuis plusieurs années sa mère, restée en Afghanistan entourée de ses enfants plus âgés. Sonita s’est choisi ce prénom qui signifie « hirondelle » et lui a accolé le patronyme Jackson, comme Michaël. Elle se fabrique un futur en photos découpées, invente un hymne à la liberté à notes rebelles. Elle proclame le droit aux livres contre l’ignorance, l’école contre le mariage forcé, négoce dont sont victimes les jeunes Afghanes, vendues « comme des moutons ». Ses amies du même âge échangent leur « prix de mariées » et les variations de son cours. Sonita refuse, quel que soit le prix de sa révolte.

 

Rokhsareh Ghaem Maghami accompagne cette jeune fille de quinze ans, aux ressources incroyables, d’une caméra qui, d’abord prise à témoin, deviendra l’un des outils du combat que mène

Sonita pour sa propre émancipation d’artiste et contre la tradition des mariages contraints. Elle subit le joug de son frère aîné qui, depuis l’Afghanistan exige qu’elle se marie afin de disposer du montant de la transaction pour se procurer une fiancée. La mère n’est d’aucun secours qui justifie le pire, en dépit de ce qu’elle-même en a subi, contrainte gamine d’épouser un vieillard. Sonita écrit, lance son chant comme un cri dans un pays, l’Iran, où les femmes sont interdites de solo. À la croisée des impossibles, Sonita doit déterminer son sort. Le

film bifurque à ce moment où la réalisatrice, qui avait repoussé les demandes d’implication de Sonita au nom des frontières imparties à    « l’enregistrement du réel », outrepasse l’objectif. Le périple se fera un peu chaotique, qui nous dirigera vers l’Afghanistan où Sonita doit se procurer des documents administratifs à ses risques et périls, vers l’univers sans confins de l’Internet où son clip est diffusé. Mariée de tulle blanc, un code-barre apposé sur le front, œil maquillé d’un coup de poing, le rouge en sanglante estafilade, Sonita et la documentariste ont fait œuvre commune. Dominique Widemann

 

 
 
 

Mercredi 28 Novembre 2018

18h30 médiathèque Boris Vian, Port-de-Bouc


L'insolente de Kaboul

Rencontre avec Chékéba Hachémi, auteure et fondatrice de l’ONG Afghanistan Libre

A 11 ans, Chékéba Hachemi découvre la guerre. Seule avec un passeur, elle quitte l’Afghanistan pour rejoindre le Pakistan. Quatorze ans plus tard, elle s’engage auprès de Massoud contre les talibans pour améliorer le sort de son pays et surtout celui des femmes afghanes. Son témoignage retrace ses victoires, ses échecs... et montre comment les petites histoires font la grande.

 

 
 
 

Mercredi 28 Novembre 2018

Cinéma Le Méliès de Port-de-Bouc

20h00 Buffet (7 euros) - 21h00 Projection en présence de la réalisatrice (sous réserve) 
A letter to the president

Soraya, fonctionnaire, lutte pour faire appliquer la loi dans l’Afghanistan aujourd'hui. Quand elle décide de sauver une jeune femme accusée d'adultère et condamnée à la lapidation, les choses tournent mal. Elle est arrêtée, jugée et attend dans le couloir de la mort. La seule personne qui puisse la sauver est le Président du pays.

Elle lui écrit une lettre. Mais va-t-il écouter sa plaidoirie ?

Tourné entièrement en Afghanistan, ce pays connu du monde extérieur pour la violence et la guerre, malgré des menaces constantes à la sécurité, le film aborde le problème de la femme dans la société afghane d’aujourd'hui. Réalisé par une femme, avec une femme au centre du film, entièrement autofinancé, A letter to the President ouvre la voie au cinéma indépendant afghan aux premiers stades de son développement. C'est le premier film réalisé par une femme en Afghanistan depuis la chute des talibans.

 

 
 
 

Vendredi 30 Novembre 2018 - 18h30
Paroles de femmes, l'Afghanistan en question

Rencontre avec l’artiste Kubra Khademi
Kubra Khademi est une artiste Afghane. Féministe engagée, elle explore à travers son travail, sa vie en tant que réfugiée et femme. La performeuse nous propose une intervention autour de son expérience pour aborder la question délicate de la place des femmes dans la société Afghane.

SCENE POETIQUE
Lecture de « Landays » forme poétique féminine afghane par les ateliers théâtre de la MJC autour du recueil « Le suicide et le chant » de Sayd Bahodine Majrouh. Textes mis en musique par le musicien Nazar Khan (sitar).

Entrée libre

 
 
 
mjc | activités | stages | manifestations | débats | projets