Le Clando
collectif amateur de création chorégraphique

Le Clando est accompagné par Virginie Coudoulet-Girard, chorégraphe et co-directrice du collectif Le Nomade Village (Marseille)

La MJC s’attache à rendre possible l’existence d’un espace artistique, s’appuyant sur la volonté et le désir de ceux qui s’engagent dans une démarche de création, à laquelle s’associent à part égale participants et artistes. C’est ce que nous appelons « la création artistique amateure » dont nous encourageons la dimension démocratique : elle met le processus artistique à la portée de chacun, élève au niveau symbolique la parole et l’expérience des gens, leur ouvrant un droit à la réalisation, personnelle,
collective, artistique.
En 2016, une nouvelle pièce, composée avec le groupe de création musicale de Philippe Festou, a été présentée au Festival d’Avignon, à l’invitation de la Cie Mises en Scène : « Comme le chien au printemps ».

Le Clando s’ouvre à celles et ceux qui souhaitent rejoindre l’aventure. Le calendrier des séances de travail est défini en concertation à la rentrée (2 jours par mois en fin de semaine).

La naissance et l’aventure du Clando est racontée en bande dessinée par Yann Madé danseur-dessinateur : « Faire danser le Golem » (VolcaNAmadéus édition 2014)

Certains ateliers hebdomadaires développent aussi des processus de création, c’est le cas du Laboratoire d’images, et de plusieurs collectifs en musique : cours de groupes, ensemble vents, batucada et atelier percussions.

La saison dernière, Virginie Coudoulet-Girard a coordonné un processus de création collective avec les animateurs de la maison, qui a donné naissance aux «Traversées de l’intime au collectif», présentées les 11 et 12 mars 2016.
Le Clando, une quinzaine d’animateurs ou d’artistes intervenants des secteurs arts plastiques, danse, langues, musique et théâtre, ainsi que des amateurs, y ont été associés. Ce processus se poursuivra pour cette saison, sous une forme qui sera élaborée collectivement.

 

 
 
 

INITIATIVES JEUNES

Les jeunes prennent toute leur place à la MJC : issus des ateliers de musique, danse, théâtre et arts plastiques, ils participent aux projets de la Maison, les créent, les inventent, les font leurs.
Grande réunion de rentrée pour tous les jeunes de la Maison et au-delà :
mardi 4 octobre à partir de 18h

Une commission des jeunes dynamique
Elle est ouverte à tous ceux qui ont envie de s’impliquer dans la vie de la Maison. Elle se réunit tout au long de l’année pour préparer des projets, des voyages, des soirées : organisation et logistique, communication, accueil, présentation, repas, technique, repérage et invitation des groupes…

La saison dernière, les jeunes ont organisé et animé deux soirées « L’Art’Scène », scènes où se croisent danse, théâtre, musique, et qui sont aussi l’occasion de découvrir des groupes extérieurs à la MJC, un séjour à Montpellier avec visites d’expositions et concerts, ainsi que la fête de clôture « Zon’Art’Eté » en juin 2016.

La Carte Blanche à la danse en mars s’adresse aux jeunes danseurs et chorégraphes de la MJC et des écoles alentours. Ils sont invités à présenter leurs propres chorégraphies, à participer à des ateliers communs et à se retrouver autour d’improvisations. C’est un moment unique sur le département qui permet l’expression des jeunes, mais aussi la rencontre entre différentes structures et différentes pratiques.

En préparation avec les jeunes pour les vacances de Toussaint 2016 : un voyage à Dublin !

 

 

 
 
 

FOCALE SYRIENNE - GUERRE EN CONTRASTE

du 17 novembre au 2 décembre 2016

Exil, asile, périple, exodus,sürgün, combien de mots dans combien de langues pour décrire l’épreuve choisie ou subie ?
Etrangers, réfugiés, sans papiers, migrants, demandeurs d’asile, déboutés, dégoûtés, ceux-là ont toutes sortes de noms mais on ne les nomme plus… Il y a quelques années déjà que la MJC a décidé d’ouvrir un espace d’expression pour ces personnes. Ce début de saison s’inscrit dans le prolongement de cette démarche.


« Focale syrienne – Guerre en contraste »
photographies de Hosam Katan
Vernissage le 17 novembre 18h30 à la MJC

Des jeux d’enfants, un jour de marché, un sauvetage ou une supplique, les photos de Hosam Katan « s’ouvrent comme des fenêtres sur la vie journalière de ces dizaines de milliers de Syriens » pris au piège dans une Alep en ruine. Le jeune photographe rend compte du quotidien des Syriens dans le creux de la guerre.

Hosam Katan, 21 ans, a commencé par photographier les premières manifestations populaires dans son quartier d’Alep en 2011 avant d’accompagner des journalistes sur les lieux d’affrontements. En 2015, blessé et menacé, Hosam est contraint de fuir. Il emprunte la route des migrants pour arriver jusqu’à l’Allemagne où il est en attente d’asile.

Du 17 novembre au 2 décembre, tout au long de l’exposition à la MJC et au cinéma Le Méliès de Port-de-Bouc, plusieurs rencontres et temps forts seront organisés, pour croiser images, poésie, musique, cinéma, géopolitique.
Des ateliers d’écriture seront également proposés.

Ce projet s’organise en collaboration avec Courant d’art, le cinéma Le Méliès et la médiathèque Boris Vian de Port-de-Bouc, les lycées et Maisons de quartier de Martigues, l’accueil section Asile des foyers Adoma de Martigues et Port-de-Bouc, les Instants Vidéo, l’association Soi-disant et les ateliers d’ici-d’ailleurs de la Maison.

 

 

 
 
 

ATELIERS DE CONVERSATION EN FRANÇAIS

animés par Catherine Alcaïno, Sophie Couespel et André Perez

mercredi 15h/17h – ouvert à tous
mercredi 15h/17h – groupe jeunes
Temps d’accueil et d’échanges, à l’intention des adhérents et habitants d’ici, des demandeurs d’asile hébergés dans les environs, des jeunes issus des classes de français langue étrangère, ou de toute personne arrivant d’ailleurs, pour se rencontrer et pratiquer ensemble la langue française.
Ces ateliers ne sont pas des cours de français, ils sont tournés vers la conversation à l’aide de supports favorisant la prise deparole. Des lieux d’expression, où chacun peut se raconter, mais aussi s’intéresser aux habitudes, modes de relations et coutumes des pays d’origine ou de résidence des participants, croiser savoirs et expériences, dialoguer sur des thèmes d’actualité, de la vie quotidienne, ou encore mettre en place des projets.

Ateliers imaginés avec la complicité de l’Accueil Temporaire Section Asile des foyers Adoma de Martigues et Port de Bouc et du collège Paul Eluard de Port de Bouc.

 

CHANT D’ICI-D’AILLEURS

Atelier choral animé par Jean-Jacques Blanc

lundi 17h30/19h – jeunes et adultes, tous niveaux
Un atelier où s’explorent les chants et les rythmes du Monde. Une place sera faite à la mise en musique et en voix de textes écrits par les participants.
Journée « écriture et chant » : samedi 24 octobre 2015 - 10h/17h.
La participation à ces ateliers est gratuite, seule la carte d’adhérent sera
demandée.

 

 

 
 
 

Extraits du film "De Mémoire d'Eux" une histoire de l'éducation populaire, réalisé en 2009 par Pierre Carrelet.

Plusieurs voix décrivent les prémices et la naissance des mouvements d'éducation populaire, des politiques publiques et de la Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture. En parallèle, ses acteurs et ses témoins évoquent la création et l'évolution de la MJC de Martigues.
Les 4 dvd réalisés par Pierre Carrelet (1940-1964), (1964-1984), (1985-2004) et (2004-2012), sont disponibles sur demande à la MJC de Martigues.
Ils sont regroupés en deux coffrets de 2 dvd et représentent plus de 4 heures d'interviews de bénévoles, animateurs, directeurs, adhérents, élus et chercheurs.

 

De Mémoire d'Eux (extrait) - 1ère époque (1940-1964)

Plusieurs voix décrivent les prémices et la naissance des mouvements d'éducation populaire, des politiques publiques et de la Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture. En parallèle, ses acteurs et ses témoins évoquent la création et l'évolution de la MJC de Martigues.

 

De Mémoire d'Eux (extrait) - 2ème époque (1964-1984)

En croisant le contexte national et le territoire de Martigues au moment de son plus fort développement démographique et industriel, le film illustre bien les transformations de la société, de l'économie, du rapport au travail et au loisir. Cette situation influera évidemment sur l'évolution de la MJC.

 

De Mémoire d'Eux (extrait) - 3ème époque (1984-2004) : Pratiques, expérimentations de l'éducation populaire

Années 80, la gauche est au pouvoir, c'est l'espoir de jours meilleurs. Michèle Destrée prend ses fonctions au sein de la MJC de Martigues. Tout de suite, elle propose une approche croisée dans la mise en œuvre des pratiques artistiques de la maison : "la transversalité". D'autre part, elle a la volonté de travailler avec les structures sociales, éducatives et culturelles r?des villes de Martigues et Port de Bouc. La Fédération Française des MJC, quand à elle, prend le risque d'une redéfinition de sa politique, à travers Franck Lepage nommé à la direction des programmes. C'est aussi le temps de la décentralisation, la démocratisation culturelle défendue par le Ministère de la Culture semble prendre le pas sur la démocratie culturelle ...

 

De Mémoire d'Eux (extrait) - 4ème époque (2004-2014) : Pratiques, expérimentations de l'éducation populaire

C'est le moment de faire le point. Chantal Maire remplace Michèle Destrée. Elle hérite d'une structure bien implantée sur la ville, et sûre d'elle-même. Avec sa pratique, son expérience, ses doutes, elle essaie d'infléchir le cheminement de la structure, de bousculer les habitudes, et propose, en douceur, des modes d'interventions, des expériences nouvelles. Elle souhaite accueillir de nouveaux "publics". Les Rendez-Vous de l'éducation populaire qu'elle met en place avec l'équipe sont un des éléments déclencheurs de cette transformation.

 

 
 
 

L'Education Populaire en question

Au Printemps 2006, nous lancions un premier Rendez-Vous de l’Education Populaire à Martigues : deux journées pour réfléchir et questionner le projet d’Education Populaire de notre MJC et d’autres associations venues à Martigues à cette occasion.

 

Après cette manifestation, le Conseil d’Administration et l’équipe de la MJC décidaient de mieux faire connaître l’ambition de l’Education Populaire – éducation à la démocratie, développement de l’esprit critique, école de citoyenneté – auprès des adhérents, et d’intensifier les rencontres et les débats autour des sujets qui traversent et interrogent notre société.

D’autre part, Pierre Carrelet réalisait un premier film sur l’histoire de l’Education Populaire et de la MJC de Martigues : « De mémoire d’eux... ». La seconde partie de ce film explore l’histoire de notre MJC depuis 1968.

 

" De Mémoire d'eux ", deux films de Pierre Carrelet
Une histoire de l’éducation populaire.

En 2005, la MJC de Martigues demandait au réalisateur Pierre Carrelet un documentaire sur l’histoire de la MJC, en lien avec celle de l’éducation populaire. Deux films ont été réalisés : une première époque explore les années 1940 à 1967, la seconde évoque les années 1968 à 1984. Ces films sont aujourd’hui édités en DVD, accompagnés d’un livret. La troisième époque, des années 1980 à nos jours, fût éditée en 2014.

Extrait 1

 

Extrait 2

 

Extrait 3

 

Extrait 4

 

Extrait 5

 

Extrait 6

 
 
 

 

 
 
mjc | activités | stages | manifestations | débats | projets