Le Clando
collectif amateur de création chorégraphique

Le Clando est accompagné par Virginie Coudoulet-Girard, chorégraphe et co-directrice du collectif Le Nomade Village (Marseille)

La MJC s’attache à rendre possible l’existence d’un espace artistique, s’appuyant sur la volonté et le désir de ceux qui s’engagent dans une démarche de création, où s’associent adhérents et artistes. C’est ce que nous appelons « la création artistique amateure » dont nous encourageons la dimension démocratique : elle met le processus de création à la portée de chacun, élève au niveau symbolique la parole et l’expérience des gens. Elle ouvre un droit à la réalisation, personnelle, collective, artistique.
2019 verra l’aboutissement d’une nouvelle création « Ocytocine mon amour » qui
sera présentée en mars à la MJC.

Les matins du Clando pour découvrir cet espace de travail insolite, où le corps et l’esprit s’engagent tout entiers à inventer une écriture chorégraphique. Les samedis 13 octobre et 1er décembre 10h/13h, les danseurs vous invitent à participer au processus de recherche, au cours d’un atelier ouvert à tous et gratuit.

D’autres ateliers sont orientés vers la création, c’est le cas du laboratoire d’images, des ateliers chorégraphiques et de plusieurs collectifs en musique : création sonore et composition, groupe de création, ensemble vents et percussions.

 

 
 
 

Initiatives jeunes

Les jeunes prennent ici toute leur place : issus des ateliers de musique, danse, théâtre et arts plastiques, ils participent aux projets de la Maison, les inventent, les organisent, les font leurs.

Grande réunion de rentrée pour tous les jeunes de la Maison et au-delà :
mardi 4 octobre à partir de 18h

Une commission des jeunes dynamique
ouverte à celles et ceux qui ont envie de s’impliquer dans la vie de la Maison. Elle se réunit tout au long de l’année pour préparer des projets, des voyages, des soirées : organisation et logistique, communication, accueil, présentation, repas, technique, repérage et invitation des groupes…

La carte blanche à la danse en mars s’adresse aux jeunes danseuses, danseurs et chorégraphes de la MJC et des écoles alentours. Ils sont invités à présenter leurs propres chorégraphies, à participer à des ateliers et à se retrouver autour d’improvisations. C’est un moment unique sur le département qui ouvre la scène à l’expression des jeunes, et organise des rencontres entre les professeurs, les structures d’enseignement et les esthétiques.

 

 

 
 
 

Routes et déroutes : résistances afghanes

du 17 novembre au 2 décembre 2016

« Jetés loin de la terre natale, venus chercher refuge ici, chez des gens ignorant tout du Monstre, vous avez hélas la responsabilité de leur montrer la trace vive de l’imparable douleur, ce que les insouciants supportent toujours mal. »
Sayd Bahodine Majrouh, Chants de l’errance

Cette saison, nous faisons écho aux voix de ces hommes, femmes et enfants venus du « pays des cavaliers ». « Routes et déroutes » par nécessité d’accueillir. De recueillir le désarroi qu’engendre l’exil forcé. De cueillir ces « elles » et ces « ils » sur les chemins d’une histoire confisquée.
Mulakat (rencontres) : ateliers d’écriture de chansons avec les réfugiés, animés par Jean-
Jacques Blanc, ouverts à tous et gratuits
Mots, rythmes, phrases syncopées. En français, en dari, trouver sa voi(e)x, tisser les liens pour que langues, musiques et cultures se croisent et s’entrecroisent.
Vendredis 28 septembre et 12 octobre 14h/16h, mercredis 24 et 31 octobre 15h/17h, vendredis 9 et 16 novembre 14h/16h

Echos d’un autre Afghanistan exposition des photographies de Asghar Noor Mohammadi,
Najiba Nouri et Barialai Khoshal
Du 17 au 30 novembre 2018

Une journée afghane en partenariat avec l’association Solidarité Provence Afghanistan
Samedi 17 novembre
à partir de 10h Atelier de cuisine afghane, démonstration de cerfs-volants
15h30 Conférence L’Afghanistan, quelle histoire ! par Karim Pakzad de l’IRIS institut de
relations internationales et stratégiques
17h30 Défilé de tenues traditionnelles et rencontre avec Nafissa et Michel Tourneux (Solidarité Provence Afghanistan)
19h Vernissage de l’exposition Echos d’un autre Afghanistan, dîner afghan
20h30 Musikstan restitution des ateliers d’écriture de chansons Mulakat et concert du
groupe
Mawoj (pop folklorique afghane)


photo : Asghar Noor Mohammadi

Welcome to Paristan film documentaire de Mohamad Reza Sahibdad (2017, 75’)
Portraits d’Afghans, femmes, hommes, adolescents, vivant à Paris, et de la communauté qu’ils y forment.
Jeudi 22 novembre 18h30

Paroles de femmes, l’Afghanistan en question rencontre avec l’artiste Kubra Khademi,
performeuse, sur la condition féminine en Afghanistan
Collation puis scène poétique autour de poèmes populaires des femmes pashtounes recueillis
par Sayd Bahodine Majrouh, accompagnés par Nazar Khan au sitar
Vendredi 30 novembre 18h30 ou samedi 1er décembre

Plus de soirées sont à prévoir chez nos partenaires, annoncées dans un programme spécifique à paraître.
En partenariat avec l’association Solidarité Provence Afghanistan (Marseille), Latitudes contemporaines (Lille), la cinémathèque Gnidzaz, les cinémas Jean Renoir et Le Méliès, les médiathèques Louis Aragon et Boris Vian, la librairie L’alinéa, l’ATSA (accueil temporaire service de l’asile) des foyers Adoma de Martigues et Port-de-Bouc, les collectifs militants et les ateliers d’ici-d’ailleurs de la MJC.

Ce projet est soutenu par la Fondation de France.


photo : Najiba Nouri

 

 

 
 
 

ATELIERS DE CONVERSATION EN FRANÇAIS
ouvert à tous

animés par Catherine Daumont, André Perez, Salma Sallemi, Régine Aubert, Hervé Nédélec, Brigitte Savard et Maxime Barbier

mercredi 15h/17h
mercredi 18h/19h30
Temps d’accueil, d’échanges, à l’intention des adhérents et habitants d’ici, des demandeurs d’asile hébergés dans les environs, ou de toute personne arrivant d’ailleurs, pour se rencontrer et pratiquer ensemble la langue française.
Ces ateliers ne sont pas des cours de français, ils sont tournés vers la conversation à l’aide de supports favorisant la prise de parole. Des lieux d’expression, où chacun peut se raconter, mais aussi s’intéresser aux habitudes, modes de relations et coutumes des pays d’origine ou de résidence des participants, croiser savoirs et expériences, dialoguer sur des thèmes d’actualité, de la vie quotidienne, ou encore mettre en place des projets.

Ateliers imaginés en partenariat avec l’ATSA accueil temporaire service de l’asile des foyers Adoma de Martigues et Port-de-Bouc.

 

CHANT D’ICI-D’AILLEURS

Atelier choral animé par Jean-Jacques Blanc

lundi 17h30/19h – jeunes et adultes, tous niveaux
Un atelier où s’explorent les chants et les rythmes du monde. Une place sera faite à la mise en musique, en voix, en signes de textes écrits par les participants. La chorale sera rejointe par le groupe de l’atelier chansigne.

CHANSIGNE

animé par Lucie Olive-Sparta, Angélina Corre, Myriam Bounejla

lundi 18h30/20h
Un atelier où des chansons s’adaptent et s’interprètent en langue des signes, qui viendra enrichir la chorale d’ici-d’ailleurs. Le chansigne rend accessible les rythmes et les paroles, en mettant en lumière une langue des signes poétique. Connaissance de la LSF indispensable.

Ces ateliers sont accessibles avec la carte d’adhésion annuelle (9 €).

 

 

 
 
 

Extraits du film "De Mémoire d'Eux" une histoire de l'éducation populaire, réalisé en 2009 par Pierre Carrelet.

Plusieurs voix décrivent les prémices et la naissance des mouvements d'éducation populaire, des politiques publiques et de la Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture. En parallèle, ses acteurs et ses témoins évoquent la création et l'évolution de la MJC de Martigues.
Les 4 dvd réalisés par Pierre Carrelet (1940-1964), (1964-1984), (1985-2004) et (2004-2012), sont disponibles sur demande à la MJC de Martigues.
Ils sont regroupés en deux coffrets de 2 dvd et représentent plus de 4 heures d'interviews de bénévoles, animateurs, directeurs, adhérents, élus et chercheurs.

 

De Mémoire d'Eux (extrait) - 1ère époque (1940-1964)

Plusieurs voix décrivent les prémices et la naissance des mouvements d'éducation populaire, des politiques publiques et de la Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture. En parallèle, ses acteurs et ses témoins évoquent la création et l'évolution de la MJC de Martigues.

 

De Mémoire d'Eux (extrait) - 2ème époque (1964-1984)

En croisant le contexte national et le territoire de Martigues au moment de son plus fort développement démographique et industriel, le film illustre bien les transformations de la société, de l'économie, du rapport au travail et au loisir. Cette situation influera évidemment sur l'évolution de la MJC.

 

De Mémoire d'Eux (extrait) - 3ème époque (1984-2004) : Pratiques, expérimentations de l'éducation populaire

Années 80, la gauche est au pouvoir, c'est l'espoir de jours meilleurs. Michèle Destrée prend ses fonctions au sein de la MJC de Martigues. Tout de suite, elle propose une approche croisée dans la mise en œuvre des pratiques artistiques de la maison : "la transversalité". D'autre part, elle a la volonté de travailler avec les structures sociales, éducatives et culturelles r?des villes de Martigues et Port de Bouc. La Fédération Française des MJC, quand à elle, prend le risque d'une redéfinition de sa politique, à travers Franck Lepage nommé à la direction des programmes. C'est aussi le temps de la décentralisation, la démocratisation culturelle défendue par le Ministère de la Culture semble prendre le pas sur la démocratie culturelle ...

 

De Mémoire d'Eux (extrait) - 4ème époque (2004-2014) : Pratiques, expérimentations de l'éducation populaire

C'est le moment de faire le point. Chantal Maire remplace Michèle Destrée. Elle hérite d'une structure bien implantée sur la ville, et sûre d'elle-même. Avec sa pratique, son expérience, ses doutes, elle essaie d'infléchir le cheminement de la structure, de bousculer les habitudes, et propose, en douceur, des modes d'interventions, des expériences nouvelles. Elle souhaite accueillir de nouveaux "publics". Les Rendez-Vous de l'éducation populaire qu'elle met en place avec l'équipe sont un des éléments déclencheurs de cette transformation.

 

 
 
 

L'Education Populaire en question

Au Printemps 2006, nous lancions un premier Rendez-Vous de l’Education Populaire à Martigues : deux journées pour réfléchir et questionner le projet d’Education Populaire de notre MJC et d’autres associations venues à Martigues à cette occasion.

 

Après cette manifestation, le Conseil d’Administration et l’équipe de la MJC décidaient de mieux faire connaître l’ambition de l’Education Populaire – éducation à la démocratie, développement de l’esprit critique, école de citoyenneté – auprès des adhérents, et d’intensifier les rencontres et les débats autour des sujets qui traversent et interrogent notre société.

D’autre part, Pierre Carrelet réalisait un premier film sur l’histoire de l’Education Populaire et de la MJC de Martigues : « De mémoire d’eux... ». La seconde partie de ce film explore l’histoire de notre MJC depuis 1968.

 

" De Mémoire d'eux ", deux films de Pierre Carrelet
Une histoire de l’éducation populaire.

En 2005, la MJC de Martigues demandait au réalisateur Pierre Carrelet un documentaire sur l’histoire de la MJC, en lien avec celle de l’éducation populaire. Deux films ont été réalisés : une première époque explore les années 1940 à 1967, la seconde évoque les années 1968 à 1984. Ces films sont aujourd’hui édités en DVD, accompagnés d’un livret. La troisième époque, des années 1980 à nos jours, fût éditée en 2014.

Extrait 1

 

Extrait 2

 

Extrait 3

 

Extrait 4

 

Extrait 5

 

Extrait 6

 
 
 

 

 
 
mjc | activités | stages | manifestations | débats | projets